Rassemblement du 28 mars !

Lors du rassemblement contre le projet de loi climat, qui ne prend pas assez en compte les propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat (lien 1/ lien 2) et pour montrer que le secteur culturel est mis à mal en cette période de crise sanitaire (lien 1 / lien 2), Franck et Sylvain ont présenté un extrait d’un futur spectacle qui fera se rencontrer des textes et du cirque… Ce premier texte « Tout est calme, trop » est de Loïc Lantoine. Hugo et Romane ont également présenté un texte pour poétiser la crise que nous traversons.

 « Tout est calme, trop ! », Franck et Sylvain

« La planète pleure … », Hugo et Romane


 

« Tout est calme, trop » de Loïc Lantoine :

Tout est calme, trop
Les rires s’éloignent en échos
Les mots s’éteignent dans les gorges
Humanité sort du dico
Et l’audace a éteint ses forges
Les cœurs ne font plus de bruit
Et s’accélèrent dans le silence
Ça s’inquiète tant que ça fuie
Dans une douteuse cadence
Le monde est flou et lâche la rampe
On entend rien qu’un souffle qui peine
Si contre le vertige ont rampe
On goûte à la source de la haine
Ah les écouter chuchoter
Tout ceux qui s’font leur beurre d’la peur
On fixe demain les yeux fermés
La vie se vide pleu à pleure.

Tout est calme, trop
Un œil écarte le rideau
Paraît, qu’il paraît, qu’il paraît
Le voisin a toujours bon dos
Pour nier sa propre lâcheté
Cette petite musique de mort
Qui ronronne dedans ma télé
Me crache qu’il aura toujours tord
Celui qui danse de côté
Si les professionnels de la trouille
Parviennent à nous rallier
Tremblant et qu’on condamne la débrouille
Au nom d’un dangereux ordre puant
Y aura de la merde dans nos urnes
Et ce silence on se le mangera
Journée nocturne et chemises brunes
j’ai peur
Mais faut pas que ça se voit

Tout est calme, trop

 

 

Masterclass : Périple 2021

Masterclass du samedi 20 mars 2021 :

Périple 2021 est une performance jonglée itinérante de 6 mois organisée par le collectif Protocole. Chaque semaine, un·e jongleur·euse part à la découverte d’un territoire avec un·e invité·e à chaque fois différent·e. Seules les 3 massues blanches feront physiquement l’intégralité du voyage, pendant 23 semaines. A la fin de chaque semaine, les artistes se retrouvent à l’occasion d’un spectacle appelé « cérémonie de passation » organisé par un lieu culturel.

Le jongleur que nous avons rencontré à Colombelles est Johan Swartvagher. Son invité est Michal Kapral, canadien. Ce dernier n’a pu faire le déplacement à cause de la situation sanitaire, mais il court la même distance que Johan, chaque jour, dans Toronto, en jonglant. Le lieu culturel organisateur est la Brèche à Cherbourg.

Nous avons passé la matinée à préparer notre participation à la cérémonie de passation avec Johan Swartvagher.

Retour en images sur cette préparation  :

 

 

Plus d’information sur cette performance et la vidéo de la passation ICI

 

 

 

Vivants

Ensemble nous sortirons la tête de l’eau ….

Vivants1_MacareuxProductionsLe dimanche 24 janvier 2021, à l’initiative de Chauffer dans la noirceur, 400 personnes se sont retrouvées sur la plage de Montmartin-sur-Mer pour rappeler que la culture est essentielle et que les acteurs de la culture sont « vivants ».

Crédit photos : Mathieu Dutot

19/20 de France 3 du 24/01/2021

Libérons les arts de la rue

p11fly_page-0001Le discours de « madame la ministre de la Culture » :

« Citoyennes, citoyens,
Nous espérions nous satisfaire de la réouverture de certains lieux culturels le 15 décembre, nous déplorons que ce ne fut pas le cas.
Qui plus est depuis des mois, nous sommes empêchés de nous produire dans l’espace public.
Nos aires de jeux nous manquent, nos publics, nos libertés,… et nous voulons les retrouver !
Nous sommes ici pour réinvestir l’espace public.
Nous ne sommes pas en guerre mais nous faisons face à un ennemi invisible.
Le mal qui nous frappe et les mesures de privation des libertés qui s’y ajoutent nous font
prendre la mesure de la finitude de notre monde.
Puisque finalement il n’y a nulle part où aller pour y échapper, il nous reste la liberté.
En tant qu’artistes, empêchés de nous produire, en tant que public privé des lieux culturels
demeurés fermés, il nous reste la rue.

Nous devons réinvestir l’espace public

Parce que la rue est publique.
Parce que l’art est public.
Libérons les arts de la rue !

Je vous invite maintenant à couper avec moi ce ruban, acte symbole de notre liberté retrouvée. »

La presse en parle :

Ouest-France : l’article en ligne

2020-12-16 OF liberons les arts de la rueFrance bleu : l’interview

Côté Manche : l’article

Retour en photos :

Et en vidéo :

Que sont-il·elles devenu·e·s ?

Elles·il sont des anciens élèves de l’école de cirque des Saltimbrés, qui ont décidé de continuer à faire du cirque après le bac et qui vont essayer d’en faire leur métier, Émilie, Emma et Louis nous expliquent leurs choix et leur parcours.

 

2017-06-11-31

Émilie

Émilie  :
« J’ai commencé le cirque il y a huit ans, à l’âge de 10 ans, dans le groupe 9-12 ans des Saltimbrés à Agneaux. Avec le temps, le cirque est devenu une passion et j’ai décidé que je voulais essayer d’en faire mon métier et devenir artiste de cirque. J’ai donc passé des auditions en février, en juin et en juillet dans quelques écoles de cirque.
J’ai finalement été sélectionnée pour la classe préparatoire aux concours d’entrée des écoles supérieures des arts du cirque au Centre Régional des Arts du Cirque de Lomme-Lille. C’est une formation de deux ans qui a pour objectif de préparer à passer les auditions pour entrer en formation supérieure en arts du cirque (mais ça ne mène pas qu’à ça, il n’y a pas vraiment de chemin tout tracé).
Je suis en spécialité acrobaties, mais il y a un tronc commun avec de la préparation physique, des cours de danse, de jeu… »
2019-04-26 029

Emma

Emma :
« Arrivée chez les Saltimbrés à l’âge de 6 ans, je me suis passionnée pour l’équilibre sur objet avant de commencer les portés acrobatiques. À 9 ans, j’ai fait mon premier « vrai » spectacle au festival des Hétéroclites, et c’est à cette periode que j’ai compris que je voudrais en faire mon métier. Il y a maintenant 3 ans, j’ai quitté ma Normandie pour la Bretagne (à Tréguier). J’y ai passé un bac littéraire avec la spécialité arts du cirque. Cette année, je quitte l’Ouest pour Metz, où je rentre en école préparatoire pour faire une école supérieure d’arts du cirque. »
2017-04-01-24

Louis et Emma

Louis :
« Je viens de finir mon cursus de deux ans au sein de l’Ecole de Cirque Jules Verne à Amiens en spécialité équilibre sur les mains.
Suite au confinement, à une blessure de la cheville ne voulant pas se soigner, et au peu de place disponible en école supérieure des arts du cirque, je n’ai, ainsi que la plupart de mes camarades de promotion, pas été sélectionné dans une formation que j’avais demandée.
J’ai donc fait le choix de me rediriger vers des études « conventionnelles » : un BTS CRSA (Conception et Réalisation de Systèmes Automatiques) au lycée Curie-Corot à Saint-Lô.
Parallèlement à ces études, je vais continuer de pratiquer le cirque sur mon temps libre avec les Saltimbrés et la Saint-Loise Gymnastique, ainsi que travailler sur un projet de spectacle en duo avec Mathilde Robin également sur mon temps libre (en essayant que ce soit quand même le plus professionnel possible). »

Impromptus à vélos

4 jours (du 6 au 9 juillet 2020)
120 kms à vélo dont une majorité sur le beau chemin de halage
5 centres de loisirs (Marigny-le-Lozon, Condé-sur-Vire, Torigni-les-Villes, Saint-Jean-de- Daye et Calmette et Guérin à Saint-Lô)
1 arrêt au Cabas Quibois
1 quart de jambon d’Antan (Miam !)
2 restos : un bon et un mauvais
1 barbecue
Quelques litres d’eau, du soleil et un peu de bière…

Merci à l’Asso V’Lô pour le vélo Cargo, et à Ludovic Souillat pour les photos.

Lundi 6 juillet : Le départ20200706_01_depart_pour_site

 

 

 

 

 

 

Mardi 7 juillet : Centre de loisirs Familles Rurales à Torigni-les-Villes et centre de loisirs de Condé-sur-Vire

Jeudi 9 juillet : Centre de loisirs Calmette et Guérin à Saint-Lô

Au revoir Manu

Des photos, messages et dessins ont été réunis dans un album pour dire au revoir à Manu qui quitte l’école de cirque à la rentrée prochaine.